nnkn

« Nous voyons notre nature se dégrader, impuissants. La cause de cela ? La pollution plastique, qui est un fléau, souvent très connu mais pas neutralisé.  Alors un jour, nous avons décidé d’agir. » 

L’eau est un besoin primaire pour l’Homme et pourtant dans notre vie il est parfois difficile à assouvir. Au bureau, au sport, dans la rue ou encore chez soi, nous avons besoin d’eau près de nous. Cette nécessité peut être comblée de façon plus ou moins pratique par l’achat de bouteilles en plastique jetable. Trouvables à peu près partout, moyennant une modique somme et pouvant se jeter directement après utilisation. La solution idéale ? 

LE PROJET

Pour nous, c’est un choix par défaut car peu d’autres alternatives arrivent à répondre à toutes nos exigences. Nous avons passé 8 ans à tester ces autres solutions. Et pourtant, même si certains produits étaient prometteurs, nous rencontrions toujours les mêmes désagréments. Aucune bouteille réutilisable n’a réussi, à ce jour, a freiner la consommation de bouteilles jetables. Alors, nous avons la volonté de faire changer les choses de façon radicale pour contrer ce mouvement de dégradation. Notre projet, nous le croyons, réussira ce défi.

UNE PRISE DE CONSCIENCE

« L’eau en bouteille représente 10 kilos de déchets par an et par personne. Il faut 1 000 ans pour qu’une bouteille se dégrade. Aujourd’hui, seulement la moitié est triée et recyclée. »

La pollution plastique des océans, le « Plastic Vortex » ou « 7ème continent », est due en majeur partie à la surconsommation de bouteilles et de gobelets jetables. Cette décharge à ciel ouvert contamine  et détruit les fonds marins. Or, les océans et les forêts représentent , à eux deux, les poumons de la Terre. Voulons-nous vraiment continuer à affaiblir cette nature essentielle à la vie  ?

De plus, cela conduit à retrouver dans l’océan jusqu’à dans l’eau du robinet des microparticules de plastique provenant de la dégradation du plastique. Si nous n’agissons pas, il y aura plus de plastique que de poissons dans l’océan en 2050.